Premier geste du gouvernement pour réduire les résidus de construction

Le gouvernement du Québec annonce la création d’un comité d’experts qui se penchera sur la gestion des résidus générés par le secteur de la construction, de la rénovation et de la démolition (CRD). Ces matières représentaient près de 28 % des matières envoyées à l’enfouissement en 2019. Avec la création de ce comité, le gouvernement donne notamment suite au rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) portant sur l’état des lieux et la gestion des résidus ultimes au Québec.

Le lancement des travaux du comité a été fait le 4 mai par le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, lors du 25e Congrès Construction ReCycle organisé par le Regroupement des récupérateurs et des recycleurs de matériaux de construction et de démolition du Québec (3R MCDQ).

Constitué de représentants d’experts de l’industrie, d’associations sectorielles et de la société civile, ce comité ira à la rencontre des intervenants afin d’obtenir des propositions aussi concrètes qu’applicables afin de favoriser l’adoption de meilleures pratiques pour gérer les résidus de CRD.

Les mesures pourraient concerner un meilleur tri à la source sur les chantiers, l’intégration de matières recyclées ou encore le développement de marchés potentiels de réemploi, de recyclage et de valorisation pour ces types de résidus.

Sous la coordination de RECYC-QUÉBEC, le comité pourra organiser des consultations ou des rencontres avec les différentes parties prenantes. Il devra faire ses recommandations au ministre dès l’hiver prochain.

 

« Nous sommes très conscients des limites auxquelles nous sommes confrontés en ce qui concerne l’enfouissement des matières résiduelles au Québec. Nos sites sont pleins. Le rapport du BAPE rappelle ce fait, tout comme l’importante quantité de résidus de CRD qui en prennent le chemin. Ces constats renforcent la nécessité de revoir les pratiques du secteur en amont et d’intensifier la recherche de débouchés.» 

Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques

 

 

« Les résidus de construction, de rénovation et de démolition ont un fort potentiel de réemploi, de recyclage et de valorisation, ce qui en fait un secteur clé pour accroître la circularité de l’économie québécoise. J’ai bon espoir que la collaboration entre tous les experts du secteur CRD permettra d’innover, de stimuler le changement de pratiques et qu’elle sera au cœur d’un Québec sans gaspillage. »

Sonia Gagné, présidente-directrice générale de RECYC-QUÉBEC

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.