Nouvelle certification BNQ pour les abris d’auto temporaires en toile

Au Québec, les abris d’hiver temporaires en toile sont couramment utilisés pour protéger les véhicules automobiles des intempéries pendant la période hivernale. Il est cependant arrivé que certains de ces abris s’effondrent sous le poids de la neige, causant ainsi des accidents parfois mortels. La nécessité d’avoir une norme qui permet de prévenir ces accidents est rapidement devenue évidente.

Après des consultations menées par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ) auxquelles Richard Darveau de l’AQMAT a participé, une nouvelle norme est maintenant en vigueur.

L’objectif premier consiste à rendre les abris d’auto temporaires plus résistants, sécuritaires et adaptés à notre climat.

La nouvelle norme 3910-700 spécifie les exigences relatives à la conception et à la fabrication d’abris d’hiver temporaires en toile pour véhicules automobiles dans le but d’assurer leur aptitude à l’emploi.

Elle vise principalement à prévenir les effondrements et le désancrage des abris afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens matériels, tout en laissant la place à l’innovation. Elle tient compte des charges de neige et de vent particulières au Québec.

Il en résulte des exigences précises, mesurables et vérifiables qui permettront de concevoir et de fabriquer des abris d’auto temporaires en toile plus sécuritaires.

Offre de certification

Les fabricants d’abris d’hiver temporaires en toile pour véhicules automobiles peuvent maintenant faire certifier leurs produits par le BNQ, qui a mis sur pied un programme de certification à cet effet.

Les exigences du programme concernent notamment les aspects suivants :

  • capacité structurale minimale des abris;
  • méthode d’ancrage;
  • essais (structure et toile);
  • système qualité;
  • marquage et renseignements à fournir au consommateur.

La norme exige que chaque abri soit fourni avec des instructions d’installation détaillées.

Il est donc essentiel pour le consommateur et les installateurs de suivre ces instructions pour s’assurer de la sureté de son installation.

Rappelons qu’au Québec, l’installation d’abris d’auto temporaires est règlementée par les municipalités.

Difficile, donc, de généraliser. Avant d’offrir à vos clients de tels abris, contactez le service d’urbanisme des municipalités que dessert votre commerce pour connaître les détails de la règlementation et les interdictions.

Il est dangereux d’utiliser des blocs de béton pour ancrer l’abri. Cette pratique n’est pas sécuritaire.

Le BNQ met à la disposition des fabricants, des détaillants et des consommateurs, des conseils d’installations issus de la norme.

Ce document d’information est disponible gratuitement sur le site du BNQ.

La conformité à cette nouvelle norme n’est pas obligatoire. Son application dépendra de la volonté des fabricants, des détaillants et des distributeurs d’abris d’auto à y adhérer et à en faire la promotion.

À propos de la qualité de construction de la structure

  • Une structure métallique à forme arrondie ou à pente prononcée sera généralement moins sujette à l’accumulation de neige et facilitera le déneigement à condition que la toile soit adéquatement tendue.
  • L’ossature devrait être constituée de tubes de métal de calibre 0,16, et préférablement d’un diamètre de 1 ½ po ou plus. Ces tubes devraient s’emboiter sur une longueur de 3 po environ. À noter : les tubes en acier galvanisé canadien ont la réputation de mieux résister à la corrosion.
  • L’espace entre les arceaux métalliques ne doit pas être supérieur à 48 po. Un bon ensemble de charpentes comprendra aussi des tubes de contreventement destinés à consolider l’assemblage de ces arceaux.
  • La norme du BNQ recommande, entre autres, une capacité structurale aux charges de neige de 40 lb/pi ca.
  • Le squelette métallique de l’abri doit être solidement arrimé au sol pour résister aux bourrasques hivernales. Il existe plusieurs sortes d’ancrages temporaires ou permanents spécifiquement conçus pour cet usage et convenant à différents types de surface ou de sol. La norme du BNQ souligne que l’utilisation de blocs de béton pour ancrer l’abri n’est pas sécuritaire. Des sacs de sable ou d’eau peuvent aussi être installés, mais en complément, et pour lester le bas de la toile par l’extérieur.
  • La stabilité d’un abri sera enfin maximisée par l’ajout de sangles robustes, reliées à de longs piquets de métal enfouis dans le sol aux coins de l’abri, communément appelées « bandes anti-vent » par les fabricants et distributeurs. Ces derniers déconseillent l’utilisation de sangles à cliquet qui cintrent complètement l’abri, car par grands vents, leur frottement sur la toile entraîne l’usure prématurée de cette dernière.

À propos de la qualité de construction de la toile

  • Les toiles destinées aux abris résidentiels sont fabriquées en fibres de polyéthylène tissées. Dans la majorité des cas, il s’agit de produits importés qui présentent un indice de qualité fondé sur le poids de 5,65 onces/v². Mais, pour plus de résistance et de durabilité, un produit de catégorie commerciale ou industrielle (7,33 à 12 on/ v²) s’avère un meilleur choix.
  • Une toile aux joints thermo soudés est préférable. Pour les joints qui sont cousus,  il est intéressant de noter que le fil de polyester/coton offre un tandem de performance de solidité et d’étanchéité.
  • La toile devrait être stratégiquement renforcée aux points de contact avec la structure de l’abri.
  • Le soleil est un des grands ennemis de la toile. Même si elle dispose d’une protection contre les rayons ultraviolets, une toile déployée avant la mi-novembre ou laissée en place au-delà de la mi-avril verra son espérance de vie (5 à 10 ans) diminuer considérablement.
  • Une mauvaise tension peut aussi entraîner des bris dans la toile. Une tension insuffisante qui fera pocher la toile favorisera la rétention d’eau ou de neige, alors qu’une trop grande tension l’exposera à des déchirures dues au frottement sur le métal par temps venteux.
  • La méthode de retenue par laçage avec bande à œillets et corde assure une tension égale et plus sécuritaire de la toile en plus de faciliter son ajustement au besoin. Les attaches autobloquantes en plastique (tie wrap) ne sont pas appropriées pour assujettir la toile à la structure de métal.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.