Devrait-on pouvoir ouvrir le 1er juillet ?

L’AQMAT a déjà posé la question à ses membres, mais les mœurs changent vite et il convient de se demander si on rend vraiment service à la population – et à son chiffre d’affaires – en acceptant sagement de demeurer fermé le 1er juillet alors que déménagent de 20 % à 40 % de toute la population québécoise, selon la région.

On sait que le jour de la Fête du Canada est célébré à la date de signature de l’Acte de l’Amérique du Nord britannique en 1867. Mais on sait aussi que nulle part ailleurs, les baux viennent à échéance à la même date, comme au Québec, ceci dû à une vielle loi imposée par Robert Bourassa en 1974 et qui perdure dans les habitudes même si, théoriquement, un bail peut avoir n’importe quelle date comme référence, une option qui mérite un nouvel éclairage en raison de l’extrême pénurie de logements à prix abordable.

On vous pose deux questions bien simples :

  • Serait-il préférable que les baux ne commencent pas tous au 1er juillet?
  • Devrait-on rendre mobile le férié du 1er juillet ?

Cliquez ici pour répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.