Un 80e anniversaire sur fond psychothérapeutique

L’exercice de réflexion fondamentale que constitue l’élaboration d’un plan stratégique débute à l’AQMAT. L’association atteignant 80 années en 2020, il n’est pas trop tôt, diront certains. Il n’est pas trop tard, répliquerons-nous!

« Une décade vient de s’écouler à vitesse grand V, à grandir par opportunités avec un membership qui est passé de 600 à 1000 entreprises membres, l’ajout de plusieurs services et employés, un budget d’opération qui a triplé. Aussi positive soit une croissance, il est sain de valider qu’on réponde encore aux besoins et aux attentes de nos actionnaires, les membres, et des autres parties prenantes. »

C’est en ces mots que sont résumés les buts de la grande opération de réflexion-action qui s’amorce à l’AQMAT, selon Richard Darveau, président et chef de sa direction depuis janvier 2008.

La première étape a été de choisir la firme de consultants pour accompagner les participants et guider la démarche qui s’étendra jusqu’à l’automne prochain. Pour ce faire, un appel d’offres en bonne et due forme a été mené que le conseil d’administration de l’AQMAT a sanctionné.

C’est la firme Espace Stratégies qui a remporté en raison du nombre et de la qualité des interventions du même genre qu’elle a piloté auprès d’autres organismes sans but lucratif, et en particulier des associations d’affaires semblables à l’AQMAT.

L’AQMAT a obtenu la confiance de Services Québec, le nouveau nom d’Emploi Québec, qui va contribuer à couvrir une partie des honoraires professionnels et les coûts directs, lesquels s’élèveront à plus de 25 000 $.

La réunion de conseil d’administration du 11 décembre 2019 servira à peaufiner le partage des rôles entre ce qui relève de la Direction et des effectifs de l’AQMAT versus les responsabilités des administrateurs.

Question-charnière : la complémentarité des services avec ceux des bannières

L’industrie a bien changé. Si l’association a longtemps été l’organisatrice du seul salon, rôle qu’elle a dû abdiquer avec la volonté de certains groupements d’achats d’envahir ce marché, elle offre aujourd’hui des services d’information et de formation qui ne doivent pas concurrence ceux des bannières. Et vice-versa. Sinon, il y a chevauchement contre-productif.

La fonction de lobbying de l’AQMAT et son complément comme porte-parole dans les médias sont, eux, bien paramétrés. Mais reçoivent-ils tout l’appui souhaité des directions des bannières ?

Autant de question qui nécessitent d’engager les directions des groupements dans le processus de décision stratégique. C’est pourquoi elles seront conviées à prendre part à une vaste consultation, les 29 et 30 janvier à l’Hôtel Alt+ à Brossard, à l’issue de laquelle on souhaite que se dégage un contrat d’engagements réciproques qui soit clair et gagnant-gagnant pour les trois années à venir.

L’expérience en magasin et la productivité des fabricants

Les deux autres grands champs d’analyse que doit couvrir le plan stratégique sont le défi de l’expérience des clients en quincaillerie et celui de la rentabilité des manufacturiers dont 200 sont membres de l’AQMAT.

D’une part, le postulat qu’une quincaillerie physique ne pourra survivre face à la puissance du marketing et des ventes sur le web que si elle prend le taureau de l’expérience-client par les cornes habite toute l’équipe de l’AQMAT.

« Quand on parle d’expérience, on ne réfère pas au sourire. Cela va bien au-delà. C’est toute l’attraction du magasin qui est en jeu en termes de talents, de produits et de clients qu’il faut revisiter en profondeur ». L’AQMAT a un rôle-clé à jouer à ce chapitre, croit son dirigeant, Richard Darveau.

D’autre part, nos manufacturiers perdent des marchés en raison essentiellement du conservatisme qui les tire par le bas quand vient le temps d’ambitionner l’achat de machineries plus efficientes, la conquête de marchés géographiques plus vastes, le développement de produits plus audacieux.

« Je constate qu’il faut aider les fabricants à déployer un plan de match pour cesser de se contenter de satisfaire la clientèle, car celle-ci garde la barre de la qualité trop basse et n’opte que pour le moins cher ». Résultat : nos entreprises ne provoquent pas assez de changements dans le marché, ne grandissent pas assez en taille non plus, et finissent par se faire déborder par des plus inventives et agiles ou par des plus grosses avec des économies d’échelle ».

80e anniversaire

Entre 2019 et le plan stratégique qui embrassera les années 2021-2022-2023, il y aura une superbe cuvée festive 2020 puisque l’AQMAT soufflera ses 80 bougies en grand avec ses membres.

Plusieurs moments forts sont prévus à l’horaire, dont :

  • un Gala Reconnaissance (7 mars) ponctué d’un rappel de plusieurs moments dans notre industrie depuis la naissance de l’association, le 6 juin 1940, en plein conflit mondial;
  • une activités Réseautage & Gastronomie (3 juin) au Parcours du Cerf qui sera marquée par la présence d’invités très spéciaux;
  • une édition spéciale 80e anniversaire du Magazine AQMAT de juin où toute la communauté pourra ajouter son grain de sel historique… et même futuristique!

À la toute première réunion de décollage de l’exercice de plan stratégique 2021-2022-2023 pour l’AQMAT : Crystelle Cormier, directrice, activités d’animation et de formation, Paul Faulkner, vice-président du conseil d’administration, Isabelle Champagne, directrice communications et marketing, Richard Darveau, le consultant Jocelyn Gagnon de la firme Espace Stratégies, expert en développement économique et en stratégie d’affaires, Dominique Bélanger, président du conseil d’administration de l’AQMAT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *