Comment se classe la quincaillerie parmi les 100 plus grands détaillants des États-Unis ?

Le classement STORES des « Top 100 Retailers » vient d’être publié. Ce recueil annuel des détaillants sur le marché américain classe les plus grands commerces de l’industrie en fonction de leurs ventes. Peu de changements sont observés au cours des dernières années. Voyons comment les nôtres se comportent.

– Une compilation et une analyse par Richard Darveau, président et chef de la direction de l’AQMAT

Walmart continue de dominer outrageusement avec un chiffre d’affaires de 362,8 milliards US en 2017 grâce à ses 5328 points de vente.

La deuxième place est assurée par The Kroger, une entreprise centenaire de distribution alimentaire de l’Ohio totalement inconnue ici, mais qui cumule tout de même pour 110,2 milliards de revenus via son réseau de 3902 points de vente.

Amazon, une société qui existe depuis tout juste vingt ans, s’est hissée au 3e rang avec des ventes de 85,7 milliards.

En 2008, Amazon était au 25e rang du même classement. En 2013, l’entreprise grimpait au 11e rang. Puis la voilà sur le podium.

Les ventes par Internet aux États-Unis sont évaluées à seulement 9 % du grand total, mais aussi que ce taux est appelé à monter et à monter encore…

Soulignons que Walmart et Amazon ont quelque chose en commun, une carte-maîtresse qui leur a tous deux permit une forte progression de leur chiffre d’affaires : leur pénétration dans l’alimentaire. D’une part, les Supercentres pour Walmart, d’autre part l’acquisition de Whole Foods par Amazon. Deux techniques différentes, mais le but est atteint dans les deux cas.

Et parions que la direction de Walmart caresse un fantasme, celui de devancer Amazon dans les ventes virtuelles.

Costco, bien que n’ayant que 510 magasins-entrepôts, enregistre aussi des ventes de 85 milliards. Ça fait quand même une moyenne de 166,6 millions de dollars par établissement. Qui dit mieux? La vraie question consiste selon moi à se demander si la génération dite des milléniaux trouvera encore excitant dans les années à venir de se déplacer dans les allées des Costco; la formule mérite d’être adaptée aux plus jeunes et aux familles moins nombreuses.

Notre premier joueur en quincaillerie est The Home Depot, occupant la cinquième marche du classement. Ses 1968 magasins aux États-Unis lui procurent des ventes de 81,4 milliards.

Son principal concurrent, Lowe’s, se retrouve en 9e position des 100 plus grands détaillants. Il présente des ventes de 60,4 milliards via ses 1839 adresses.

Un calcul rapide établit les ventes moyennes par magasin comme suit :

– The Home Depot : 41,4 millions $

– Lowe’s : 32,8 millions $

Les deux géants de notre secteur se battront surtout dans l’arène appelée le multi-canals. Passer d’entrepôts traditionnels où s’empilent des trucs pas vraiment sexy comme des boulons ou des 2×4 à une expérience multimédia accrocheuse n’est pas une tâche facile à relever. Elles présentent toutefois l’avantage d’avoir des sièges de décision centralisés qui coordonnent leurs réseaux de points de vente corporatifs (à l’exception des affiliés au Canada dans le cas de Lowe’s). Ceci permet à ces entreprises, malgré leur taille, d’implémenter des changements plus rapidement que lorsqu’il faut négocier longuement dans le cadre de relations franchiseurs-franchisés.

Ne nous trompons pas, dans notre secteur en particulier, à peine plus de 5 % des ventes ne se réalisent pas en magasin. Sauf que les renseignements sur les produits eux-mêmes, les techniques d’utilisation, les accès aux magasins physiques, les facilités de cueillette, etc., tout ça se passe de plus en plus en dehors des lieux et des heures ouvrables des magasins.

Soulignons que même si The Home Depot et Lowe’s accaparent l’essentiel de l’intérêt des journalistes, leurs quelque 3807 succursales ne représentent que 5,5 % des quincailleries et centres de rénovation en opération aux États-Unis, lesquels forment un contingent de l’ordre de 70 000 magasins, dont la grande majorité sont dirigés par des indépendants.

ACE Hardware occupe le 27e rang. On oublie parfois ce joueur présent dans les tiers-marchés surtout. Ses 4 418 petits magasins génèrent tout de même pour 16 milliards $ (moyenne par magasin : 3,6 millions $).

Menard est une chaîne populaire auprès de plusieurs fournisseurs du Québec et du reste du Canada. Le groupe du Wisconsin achète pour 10,7 milliards pour alimenter ses 307 magasins corporatifs. Avec une moyenne de 34,8 millions de chiffre d’affaires par magasin, Menard n’a vraiment pas à rougir devant The Home Depot ni Lowe’s, surtout si on refaisait le calcul des ventes par pied carré, sachant que leurs magasins sont de bien plus petites tailles que les deux autres chaînes.

Le spécialiste de la peinture, Sherwin-Williams, quant à lui, affiche 7,5 milliards, ce qui lui confère le 59e rang. Ses 3916 boutiques réalisent en moyenne des ventes de 1,9 million.

Enfin, force de la nature oblige, impossible de ne pas citer Ikea, en 76e position, cela avec seulement 45 magasins aux États-Unis. Ses revenus de 5,3 milliards représentent des ventes moyennes de 118,5 millions. Seul Costco fait mieux… et Amazon dans le camp virtuel où il est quasi seul encore…

Le dernier à fermer la marche des plus grands est True Value, timidement présent aussi dans certaines provinces canadiennes, mais pas au Québec. Ce joueur de Chicago sous-estimé est en 89e position avec des ventes de 4,6 milliards. Ses 4311 affiliés font en moyenne un million en chiffre d’affaires.

Mes prévisions pour l’an prochain?

Puisque le consommateur a tendance à acheter plus de services que de produits, même deux fois plus, les détaillants qui s’orienteront service continueront de prendre du galon alors que les autres se feront doubler par des fabricants optant pour des ventes directes avec moins d’intermédiaires.

Rappelons également que si les ventes ont été bonnes, même peut-être record aux États-Unis, c’est partiellement dû à une saison des ouragans particulièrement désastreuse. Plusieurs quartiers entiers de municipalités du Texas, de la Floride et d’ailleurs ont dû être totalement réparés et rénovés, alors que plusieurs citoyens préféraient même reconstruire à neuf.

On peut prendre connaissance du classement exhaustif ici : https://stores.org/stores-top-retailers-2018/

Richard Darveau, président et chef de la direction, AQMAT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *