L’opposition formelle et populaire augmente pour conserver aux quincailleries leur statut essentiel

À chaque journée qui passe, l’intention du gouvernement du Québec de priver les non-vaccinés en obligeant le passeport vaccinal dans les commerces d’une certaine taille (plus de 16 000 pi ca) devient critiquée par de plus en plus de citoyens et d’organisations.

Le Journal de Québec nous apprenait vendredi soir que les trois partis d’opposition à Québec appuient notre position à l’effet que les quincailleries doivent garder le statut de commerces essentiels qu’elles ont acquis depuis le jour un de la pandémie.

Un membre nous disait ce matin : « Imaginez qu’un électricien, non-vacciné, ne puisse procéder à une réparation urgente parce que le centre de rénovation de son coin fait plus de 16 000 pi ca ! »

Selon le quotidien, la cheffe libérale Dominique Anglade s’explique mal pourquoi les quincailleries ne font pas partie des commerces essentiels bénéficiant d’une exemption. Il s’agit, selon elle, d’une autre « incohérence » parmi les mesures décrétées par le gouvernement.

Le député de Québec Solidaire, Vincent Marissal, est essentiellement du même avis. « Si tu as un tuyau qui pète, ça te prend du matériel », illustre-t-il.

« Le gouvernement doit faire preuve de cohérence », a également réagi le chef parlementaire du Parti Québécois, Joël Arseneau. « Les quincailleries étaient des services essentiels pendant le confinement de la première vague », a-t-il rappelé.

Lire ici l’article intégral.

La discrimination selon la taille des commerces pose deux problèmes

« Y a-t-il plus de risques de contagion dans les grandes surfaces ? Quelle sera l’étape suivante ? » se questionne M. Arseneau, le porte-parole du PQ.

En effet, l’AQMAT depuis l’annonce se pose la même question et pousse sa réflexion pour se demander si la mesure ne va pas exercer une pression indue sur les quincailleries de quartier. Explications de Richard Darveau, président :

« Toute chose étant égale, si 10 % de la population n’est pas vaccinée, on parle de 800 000 personnes. Ces gens consomment actuellement dans les magasins de toute taille, mais il est clair que l’achalandage des Costco, Walmart et autres grandes surfaces a pour effet que sans doute 75 % de cette cohorte de non-vaccinés magasinent chez eux. Or, à partir du lundi 24 janvier, si le décret passe tel quel, ces 800 000 consommateurs iront dans les boutiques et les quincailleries de petit format. D’où mon inquiétude : comment réagiront les employés de ces commerces ? »

Cliquez ici pour nous dire si vous pensez que la mesure du gouvernement ayant pour conséquence de créer deux catégories de commerces face aux non-vaccinés pourrait devenir un problème.

Par ailleurs, l’AQMAT interpelle le gouvernement sur les impacts de la mesure envers les non-vaccinés dans les plus grands commerces ne va pas freiner les chantiers de construction.

« Les matériaux en quantité et en variété suffisantes pour combler l’appétit des entrepreneurs en construction ne se trouvent pas à la quincaillerie de proximité, mais uniquement dans les “cours à bois”. Or, 100 % de ces centres de rénovation occupent bien plus que 16 000 pi ca. Du coup, des chantiers vont être ralentis, car on a toutes les raisons de croire que 10 % ou plus des travailleurs de la construction ne sont pas adéquatement vaccinés. C’est la loi de la moyenne. » – M. Richard Darveau

La question du traitement à réserver à la clientèle professionnelle a amené un de nos membres à s’interroger comme suit : la Loi sur l’admission dans les commerces ne concerne que les consommateurs, mais qu’en est-il des clients qui gagnent leur vie en construction ? S’agissant d’une transaction comme on dit B2B et non pas B2C, ce membre dit espérer que l’éventuel décret n’obligera pas de contrôler aussi les entrepreneurs.

Comme on le sait, ces professionnels accèdent souvent aux centres de rénovation en dehors des heures grand public et parfois par des portes qui leur sont dédiées. Ces accès sont parfois même munis d’un code, du moins d’une procédure pour s’assurer qu’aucun client consommateur n’abuse de cette exception à la loi.

La différenciation entre clients grand public et clients professionnels fonctionne bien depuis des années, voire des décennies. L’AQMAT fera donc des représentations pour que le gouvernement en tienne compte et n’inclut pas les pros dans sa lutte aux non-vaccinés.

« L’approche du gouvernement semble être de priver les non-vaccinés des plaisirs de la vie. Dans le cas du pro, on s’attaque à sa capacité de gagner sa vie. C’est très différent. », témoignait un autre membre, avec justesse.

 

Et les employés, eux ?

Toute la question de l’étendue de la mesure amène les journalistes à se demander si, par souci de cohérence, les employés des centres de rénovation et autres grandes surfaces touchées par le projet de décret ne devraient-ils pas être contrôlés eux aussi avant le quart de travail.

Partant du fait que le gouvernement du Québec n’arrive pas à rendre la vaccination obligatoire pour ses propres fonctionnaires, l’AQMAT se dit qu’il est en mauvaise position pour lancer cette patate chaude dans les mains des entreprises.

M. Darveau est d’avis que la Charte des droits et libertés de la personne serait vite invoquée par un employé visé ou son syndicat, si bien qu’un tel projet de loi ferait l’objet de longs débats juridiques, démarrés par une injonction, ce qui ruinerait toute chance d’avoir un effet pendant la crise immédiate qui consiste à passer à travers cette cinquième vague.

Le porte-parole de l’AQMAT rappelle qu’au Québec, malgré un taux de vaccination parmi les plus élevés, les effets de la pandémie sur notre système de santé perdurent, ce qui donne à croire que vacciner les 10 % qui ne le sont pas ne suffit pas. « Revenons aux bases d’une bonne santé publique, laquelle passe par l’éducation, la sensibilisation, l’accompagnement. » « Nous formons un puissant réseau de communication qui pourrait être mis à contribution pour renforcer l’adhésion de toute la population active aux meilleures pratiques en termes d’hygiène et de distanciation. Nous tendons la main pour que le gouvernement nous utilise à cette fin plutôt que de nous forcer à jouer à la police à sa place. »

Le plan de match qui se dessine par plusieurs opérateurs de centres de rénovation est de retenir une firme de sécurité et de placer des agents aux portes principales afin de ne pas obliger les employés réguliers à « jouer à la police ». Un déboursé qui atteint facilement 1500 $ par petite semaine, mais qui serait appelé à grimper avec la haute saison à l’horizon.

 

Et le grand public, il en pense quoi ?

Voici un collage de commentaires ou d’extraits reçus à l’AQMAT ou diffusés sur nos médias sociaux de la part de marchands membres ou de leurs clients.

« Quand le variant Omicron est sorti, les non-vaccinés n’avaient pas le droit de sortir du pays… et pourtant le virus est entré quand même. Là, on confine tous les non-vaccinés, quand on sait très bien que les vaccinés sont aussi porteurs du virus et peuvent contaminer. Depuis 5 ans que je prends de la vitamine D et du zinc que je n’ai plus de grippe. Et je ne suis pas anti-vaccin. » – Françoise Bélanger, cliente

« Vous ne devriez pas vous engager dans cette manœuvre politique du gouvernement Legault qui est complètement illégale selon la charte des droits et libertés. Si les commerces se tiennent debout ensemble pour envoyer un message clair au gouvernement Legault, ceci montrera à votre clientèle votre courage. Il est temps de mettre un terme aux abus de pouvoir de ce gouvernement. Demain lorsqu’ils exigeront le 4e vaccin, vous allez avoir encore plus de gens qui n’iront plus à vos magasins !! Assez, c’est assez ! » – Michael Dumas, client

« Le problème n’est pas des non vaxx comme vous le dites, non plus des vaxx. Le problème est le gouvernement qui veut tout contrôler sans la science, sans rapport d’experts, sans démocratie. Les hôpitaux sont engorgés depuis des années, alors cela n’est pas nouveau et il y a pas plus de morts que part les années passées. Alors ouvrons tous les commerces sans QR, sans discrimination. » – Pierre-Léo Montreuil, client

« On ne peut interdire l’accès aux magasins de grande surface, qui ont souvent de bien meilleurs prix, aux gens/familles à faibles revenus non-vaccinés. C’est discriminatoire et injustifiable. Une brosse à dents, une brosse à cheveux, un tuyau qui coule et j’en passe… que feront ces gens ? » – A.Thibault, citoyen

« Merci encore, tenez-vous debout, je pense pas qu’une amende va tuer vos commerces. Je crois encore à la logique des gens, les allées grandes, des plafonds hauts, ect, sont moins dangereux. Je suis non vaccinée, pas rebelle, pas complotiste non plus. Vivons avec le virus et cessons de diviser les gens. » – Nathalie, citoyenne

« J’ai hâte que la CNESST exige le passeport vaccinal à tous les employés aussi qui travaillent dans ces magasins. » – Jacques Deschamps, employé d’une quincaillerie

« Je suis contre ces mesures discriminatoires. Il est illogique de priver les gens à des commerces essentiels. Assez c’est assez. » – M. Tremblay, citoyen

« Vous allez perdre beaucoup de clients et faire des mécontentements. Je trouve ça liberticide quand il y a zéro danger de mourrir. Soyons solidaire et dites non svp pour le futur de nos enfants. » – Audrey Caouette, citoyenne

« Les quincailleries de plus grande surface reçoivent des centaines de clients par jour, là les clients majoritairement double vaccinés vont devoir faire la file à l’extérieur à -20 car la procédure sera lourde et ralentira le trafic. Il va y avoir par conséquent baisse de volume. Durant les 22 derniers mois le gouvernement nous a demandé d’être au front malgré tous les risques à titre de service essentiel là on nous traite comme des services non-essentiels. Comme le dit votre article imposer cette procédure aux plus gros est discriminatoire. » – Christian Bélair, directeur général, Quincaillerie Lortie et Martin

« Si au moins la mesure était valide, mais elle est purement et simplement politique. Même au plus fort de la crise quand les gens décédaient, il n’y avait pas de restrictions de la sorte. Voyez ceci : https://t.co/T3FkEdoMiw On revient quand à nous-mêmes ? » – Valérie, étudiante en droit

« Si les petits commerces sont favorisés par les clients non vaccinés… why not ? » – Stencil (surnom)

« J’ai vu votre entrevue à TVA et j’appuie votre position. Je vous écris en soutien à celle-ci et pour vous encourager à défendre ardemment vos membres. Une fois plus, le gouvernement met un fardeau supplémentaire sur les épaules des entrepreneurs et des entreprises. Depuis déjà deux ans, ils s’acharnent sur les restaurateurs qui ont suivi à la lettre les mesures demandées. Le résultat aujourd’hui ? On le connaît, ils sont encore fermés. Je crois que nous sommes en droit de se questionner sur l’efficacité et la légitimité de leurs demandes. Il y a quelques mois c’était les restaurants, hier la SAQ, aujourd’hui les grandes surfaces et demain probablement tout le commerce au détail si rien n’est fait. Ce n’est pas aux entrepreneurs d’assumer ce fardeau. De plus, on ne connaît pas encore l’impact qu’aura la vaccination obligatoire pour les camionneurs sur l’approvisionnement des quincailleries et des autres commerces, mais je crois qu’il ne faut pas sous-estimer. Un autre fardeau qui s’ajoutera. Trop de pertes pour nos entreprises et notre économie pour ne rien faire. Je crois que vous avez une bonne tribune et probablement un appui assez important de vos membres pour faire la différence. L’industrie du camionnage fait également des représentations auprès des gouvernements pour mettre un stop à tout ça. Je pense qu’il y a une cause légitime à défendre et je pense que de faire front commun avec l’industrie du camionnage pourrait donner un poids énorme à vos démarches et réciproquement, un poids énorme pour l’industrie du camionnage. » – Éric Beaudry, citoyen

« Vous devez poursuivre le gouvernement, demander une injonction. Une poursuite vous déclarant comme essentiels parce que vos membres ont des produits qu’on ne peut trouver ailleurs. » – Daniel Rolland, ex-journaliste

« Merci monsieur, je viens d’avoir un peu d’espoir en l’humain avec vos entrevues. Comme vous dite, vos commerces sont sécuritaires et la plupart des citoyens (92 %) sont vaccinés. Et pourquoi avec mon masque je ferais encore peur à quelqu’un vacciné trois doses. Merci de vous tenir pour la logique, car plus ça va, c’est une chasse aux sorcières. » – Nathalie Girard, employée de quincaillerie

« Bonjour je suis une non vaccinée. J’ai une maladie dégénérative (sclérose en plaques) je refuse par peur et par manque de données. Durant la pandémie, vos services ont été d’une aide à la santé et sécurité de ma famille et ma maison et aussi notre santé mentale. Ma demeure qui a seulement quelques années a été prise d’un vice caché : la façade de ma maison a été à refaire et autres trucs connexes, car ils étaient infectés de fourmis charpentières, et la fenêtre tenait dans le vide du au bois pourri. Nous avons dû passer un long moment avec du polythène et les fourmis qui poursuivaient leur désastre. J’en dormais plus et je vous parle pas de l’anxiété qui est venue avec. Et le moment arrive nous pouvons faire appel à des spécialistes et venir dans vos magasins pour acheter le nécessaire pour réparer et retrouver une vie saine. Vous nous avez été essentiels à différents degrés et je vous en remercie. Je ne me sens comme un danger pour la société car je prends, mais précautions et je me déplace que pour les choses essentielles. Sauf que les mesures de punition que le gouvernement veut imposer deviennent un danger pour moi et les autres car m’empêcher de réparer ma maison peut engendrer des problèmes plus graves. Il faut voir plus loin que le bout de son nez. Sur ce merci à vous les commerçants d’avoir été là pour nous, nous sommes reconnaissants. » – Véronique Letotte, cliente

« On se désinfecte les mains en entrant, on porte le masque à l’intérieur et on garde nos distances dans vos magasins. Et 90 % de la clientèle est vaccinée. Ce n’est pas assez ? C’est au gouvernement à prendre soin et rebâtir son système de santé qu’il a tant négligé au lieu de prendre la population en otage. » – Lin Cam, citoyenne

« Le passeport vaccinal n’a aucune autre utilité que de diviser, d’isoler, et de créer un faux sentiment de sécurité….. il y a deux problèmes majeurs au Québec : le premier étant un système de santé déficient, le deuxième un gouvernement qui est convaincu que non. » – Benoit Forget, citoyen

« Pour avoir été contremaître chez Canac au début de la pandémie, je vous dis qu’on en a assez fait. Là c’est au gouvernement de réparer le système de santé et non au commerce de jouer encore à la police. » – Stéphane Côté, ex-employé de quincaillerie

« Étant entrepreneur en construction, je vous garantis que si les grandes quincailleries appliquent cette directive PLUS JAMAIS je n’irai en grande surface, même après cette pandemie… JE ME SOUVIENS. » – Karine Trottier-Kelly, entrepreneure

« C’est pas le passeport qui va m’empêcher d’aller dans les commerces ! Au contraire, puis ça prend 10 secondes de plus pour entrer ! » – Yves Bédard, client

« La journée où vous allez me demander un code QR pour entrer chez mon fournisseur de matériaux de construction je ferme mon compte et je m’en trouve un plus petit car ce n’est pas vrai que nous serons partenaires d’affaires si nous ne sommes pas capables de pouvoir se rencontrer et négocier en personne. Les bonnes affaires se font en premier lieu et depuis toujours par une rencontre en personne. Est ce que vous vous souvenez ce que représente une poignée de mains, c’est le début des affaires. » – Mario Charbonneau, client

« Je suis très impressionné, un organisme qui veut me permettre de faire mon travail. » – Frédéric Pilon, poseur de céramique

« Chez nous cette mesure a été bien accueillie par nos employés qui sont épuisés et fâchés de devoir faire le contrôle des clients refusant le port du masque et faisant des “crises” sur les mesures sanitaires. Ils se sentent plus en sécurité par le fait que le passeport sera demandé à l’entrée. Ça complique la gestion par contre cela est bien évident. » – Sacha Blain, gestionnaire de quincaillerie

One comment on “L’opposition formelle et populaire augmente pour conserver aux quincailleries leur statut essentiel

  1. chantal st-pierre on

    C’est pas le passeport qui va empêcher d’aller dans les commerces! Ça prend quelques minutes de plus pour entrer !
    Les grandes surfaces restent ouvert vs les restaurant qui ont vécu 2 fermetures… arrêtons de pleurer pour rien… le message est pour les non-vaccinés, de plus les petites et moyennes entreprises dans le domaine de la quincaillerie sont ouvertes et seront disponibles pour ceux qui ne veulent pas présenter de code QR.
    Chantal St-Pierre Directrice Quincaillerie

    Répondre

Répondre à chantal st-pierre Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.