Les quincailliers expriment leurs craintes face aux dommages collatéraux de l’exigence du passeport vaccinal

Près de sept propriétaires et gestionnaires de quincailleries et de centres de rénovation sur dix ne voient pas d’un bon œil l’exigence du passeport vaccinal à compter de lundi, même si, à première vue, la mesure ne touchera qu’environ 200 des 900 établissements.

En deux jours, une enquête express menée par l’AQMAT débouche sur le constat suivant : 69 % des 207 répondants considèrent que la mesure envisagée par le gouvernement divisera les commerces en deux catégories, une intervention bousculant les lois du marché et selon eux, qui ne participera pas forcément à la lutte contre le virus.

En fait, quand on lit leurs commentaires, les risques de propagation virale leur semblent bien gérés depuis mars 2020. Les mesures-barrières sont en force, le personnel est rodé, les clients expriment activement leurs appréhensions s’ils ont des doutes ou des craintes quant à leur sécurité sanitaire. Bref, le système s’autogère plutôt bien sans nécessairement se mettre à « jouer à la police ».

Les résultats de l’enquête de l’AQMAT ont amené son président, Richard Darveau, à écrire ce matin à deux ministres afin de leur demander de peser de leur influence pour convaincre le gouvernement de faire marche arrière d’ici lundi, date où le décret doit s’appliquer.

Cliquer ici pour prendre connaissance de la lettre de l’AQMAT aux ministres Pierre Fitzgibbon et Jean Boulet.

Commentaires des membres

Ci-dessous, un florilège non censuré des commentaires des marchands et autres membres de l’AQMAT illustrant l’humeur qui règne chez eux. Le sondage étant tout à fait anonyme, l’identité des répondants est protégée et évite tout risque de représailles.

« Il faut que les gestionnaires d’entreprise protègent tous ces employés, comprendre les enjeux et l’importance de la difficulté dans le recrutement. »

« Il faudrait que ce soit tous les commerces, pour une vaccination maximale ou aucun commerce essentiel. »

« Ce n’est pas une mesure sanitaire, c’est une mesure punitive. Les quincailleries font partie des essentiels tout comme l’alimentation. Se loger et se nourrir, deux essentiels ! »

« Il y a déjà des limitations du nombre de personnes au pied carré, alors ça va changer quoi ? »

« On devrait aussi l’exiger pour les employés. »

« Nous n’avons pas les moyens de refuser des clients. C’est assez difficile dans la vente au détail comme ça. Nous respectons les règles sanitaires. »

« Les entreprises doivent ouvertement se positionner et arrêter cette folie. »

« Ce n’est pas au commerçant à faire la police. »

« Le projet de décret ne fait aucun sens. »

« Un poids, deux mesures. »

« On le fait pour tous ou on ne le fait pas. »

« Il peut y avoir des raisons valables pourquoi les gens ne se font pas vaccinés. Le vaccin est en mode expérimental. Certains non-vaccinés ne veulent pas être des cobayes. »

« Il y a déjà assez de mesures de sécurité en place, c’est assez. »

« Nous ne devrions pas être visés et devrions faire partie des magasins essentiels. »

« Les commerces devraient être accessibles à tous, que nous soyons vaccinés ou non. Les besoins essentiels vont au-delà de la nourriture et des produits pharmaceutiques. Restreindre l’accessibilité aux grands détaillants est une mesure discriminatoire vis-à-vis les non-vaccinés. »

« Sans le vouloir, le gouvernement dirige la clientèle chez les plus petits marchands. Donc ce n’est pas équitable. Il devrait plutôt choisir un secteur d’activité en entier et non pas un nombre de pieds carrés. »

« Les non-vaccinés auront accès dans les petits commerces avec moins d’espace. Cela devrait être uniformisé. »

« C’est criminel et inconstitutionnel. »

« Je crois que le gouvernement devrait continuer dans la même direction que depuis le début : les quincailleries essentielles. »

« Pour nous qui sommes à la limite des 16 000 pi ca, même si c’est un contrôle supplémentaire à appliquer, ça va peut-être aider à mettre fin à cette pandémie. »

« C’est une pratique discriminatoire qui n’aura pas d’effet positif sur le système de santé. »

 

 

One comment on “Les quincailliers expriment leurs craintes face aux dommages collatéraux de l’exigence du passeport vaccinal

  1. stephane baril on

    le petit commerçant sera le rendez vous des antivax à partir de lundi…le téléphone et les clients sur place nous demande si on exigera le passeport vaccinal. beaucoup nous font part qu’ils viendrons magasiner chez nous dorénavant… pas très facile à accepter.. je suis tràs préoccupé en tant que proprio…

    Répondre

Répondre à stephane baril Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.