La rénovation amateur bat son plein : les centres de rénovation se dirigent vers une année record

En moyenne, on peut parler d’une croissance des revenus bruts de l’ordre de 35 % depuis le début de l’année 2020. Si on isole juin, on parle de plus de 50 %. La raison d’une année record depuis plus d’une décennieLes ménages québécois prennent le marteau par les cornes parce qu’ils renouent avec le « cocooning », ne peuvent voyager, hésitent avant d’acheter une nouvelle propriété, voient leurs loisirs diminuer. Aussi parce que les entrepreneurs sont actuellement débordés. 

Un sondage de CAA-Québec diffusé le 16 juin confirme qu’une personne sur deux entend voyager cet été alors que la constante est de l’ordre de trois personnes sur quatre. Cela fait des centaines de milliers de personnes qui meubleront leur temps de voyage et de week-end à la maison, à bricoler, réparer, rénover et faire des barbecues plutôt que d’aller au restaurant ou en Floride. 

«Piscines, climatiseurs, rénos… les Québécois ont des projets plein la tête», confirme Nadine Bernard, directrice des services-conseils habitation de CAA-Québec, par communiqué. 

Voir à ce sujet ce reportage diffusé aux nouvelles à TVA hier soir.

Un article dans le Journal de Québec publié avant-hier exposait la même situation.

Revers de médaille 

Comme toute situation a deux côtés, la recrudescence des achats a fait sauter plusieurs systèmes de commerce en ligne. Lire ici notre article publié à ce sujet. 

De nombreux bris d’approvisionnement sont à signaler, particulièrement dans les secteurs du bois traité, du bardeau, de la terre à jardin et du paillis, des appareils de cuisson extérieurs, des équipements de climatisation et de ventilation ainsi que des pierres et pavés.   

Il en résulte beaucoup de « back order », d’où une perte possible de confiance du consommateur. En effet, à première vue, quand une tablette est vide, la faute est attribuée au marchand. Conseil de l’AQMAT : bien communiquer aux consommateurs comment le confinement aux dates de début et de fin imprévisibles a eu pour effet de relancer l’activité de rénovation alors que plusieurs fabricants étaient fermés ou opéraient au ralenti par manque de main-d’œuvre ou de matières premières. 

« Certains manufacturiers se sont placés en position trouble en fermant plusieurs semaines de la mi-mars au début mai alors que, pourtant, la loi leur permettait de demeurer ouverts puisque leurs clients, les quincailleries, avaient été reconnues commerces essentiels », souligne Richard Darveau, président et chef de la direction de l’AQMAT.  

M. Darveau souligne que les usines dépendantes des composants chinois ont été les plus exposées au ralentissement économique. À lire son récent blogue à ce sujet.

La rénovation résidentielle a aussi la cote aux États-Unis 

Bien que réalisé en janvier, avant la crise, un sondage confirme que les propriétaires américains sont, eux aussi, de plus en plus nombreux à vouloir embellir leur espace de vie. Plus des trois quarts (77 %) des répondants au sondage commandé par LightStream souhaitent rénover leur maison en 2020. 

L’enquête montre aussi que les dépenses consacrées à la rénovation ont augmenté de 27 % par rapport à l’année dernière pour atteindre une moyenne de 11 473 US $. Et elles continueront de grimper si on se fie aux prévisions de dépenses telles qu’illustrées dans le graphique suivant : 

Pour tous les goûts et tous les âges 

L’attrait pour la rénovation se voit surtout chez les milléniaux (92 % d’entre eux), mais s’observe aussi en grande proportion chez les gens de la génération X (78 %) puis les Boomers (69 %), selon l’étude. 

Les rénovations extérieures sont les plus populaires – 47 % des propriétaires prévoient en faire – et dépassent les rénovations de salle de bain (42 %) et de cuisine (38 %).
À l’extérieur, ce sont les projets de terrasse qui sont prisés suivis de l’aménagement de serres et de potagers. 

Autre donnée intéressante, cette fois sur l’intérieur, la plupart des propriétaires (83 %) ne sont pas entièrement satisfaits de leur espace habitable et 65 % ont une pièce dans leur maison qu’ils n’apprécient guèreCes espaces mal aimés qui auraient besoin d’être rafraîchis sont la salle de bain, la chambre à coucher et le sous-sol. 

Note : le sondage « The LightStream Home Improvement Survey » a été réalisé en ligne par la firme Wakefield Research auprès de 1 300 propriétaires de résidences, du 7 au 15 janvier 2020. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *