Un traitement équitable face à la pandémie est demandé aux donneurs d’ouvrage

Dans une lettre adressée ce matin au quatuor de ministres identifié à la relance économique du Québec, une vingtaine d’associations patronales gravitant dans l’écosystème de la construction demande aux donneurs d’ouvrages, tant publics que privés, de prendre en compte le caractère unique et complexe engendré par la pandémie.

En clair, les conditions contractuelles initiales et les budgets et échéanciers afférents ne peuvent plus tenir la route aujourd’hui.

« Il est important que les centres de rénovation et les fournisseurs qui les approvisionnent appuient les revendications des entrepreneurs en construction et leurs sous-traitants professionnels, soutient Richard Darveau, un des signataires. « Car en bout de ligne, croit le président et chef de la direction de l’AQMAT, si les projets ne sont pas réajustés afin de tenir compte des procédures alourdies et des coûts supplémentaires que supposent les retards, l’achat d’équipements de protection et les mesures d’hygiène et de distanciation, nos membres pourraient se retrouver aussi au nombre des victimes ».

En effet, un chantier bien ficelé sur les plans temps et argent, établissant clairement les devoirs de chaque partie et pensé en fonction de l’intérêt général, aura comme conséquence que les achats en matériaux seront justifiés et payés en des temps raisonnables.

Cliquez ici pour prendre connaissance de la missive envoyée aux ministres Éric Girard (Finances), Pierre Fitzgibbon (Économie et Innovation), Jean Boulet (Travail, Emploi et Sécurité sociale) et Christian Dubé (Administration gouvernementale et Conseil du Trésor).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *