Réouverture dimanche : les propriétaires de quincailleries font unanimement savoir au gouvernement leur mécontentement

En mode virtuel, à 10 heures ce matin, 56 propriétaires représentant plus de 130 quincailleries et centres de rénovation avaient répondu à l’invitation de l’AQMAT de connaître leur réaction face à la décision du gouvernement de permettre la réouverture des magasins à partir de ce dimanche au lieu de les garder fermés les 24 et 31 mai.

C’est unanimement qu’ils ont exprimé leur mécontentement, la plupart les traits fatigués, mais pas assez pour ne pas exprimer leur colère. Leur message en deux mots : la qualité de vie des marchands et de leurs troupes aurait dû passer avant les besoins de consommation du public.

Voici quelques-unes des réactions :

Jonathan Brunet, BMR de St-Joseph-du-Lac:
« Durant la COVID, on vient de faire la preuve que c’est facile de s’adapter, de magasiner différemment – sur six jours ou en ligne – c’est une opportunité dont il faut profiter ».

France Collet, Quincaillerie Home Hardware St-Philippe :
« Tout à fait d’accord avec la fermeture des dimanches. Nous sommes entourés des géants, le hic c’est que l’on manque d’employés disponibles, donc on sera à staff réduit si on est obligés ».

Dominique Bélanger, Quincaillerie C. Bélanger RONA, Montréal:
« Je suis très déçu de la volte-face du gouvernement. On doit gérer nos employés, nos clients et les restrictions d’hygiène, ça en fait beaucoup ».

Geneviève Gagnon, La Grande Quincaillerie, Mont-Tremblant, Saint-Jean-sur-Richelieu, Amqui, Chénéville, Saint-André-Avellin:
« Ce changement va passer par la solidarité : il faut prendre la décision pour nos employés au front depuis le début et pour la qualité du service à la clientèle ».

Amélie Bélisle, Timber Mart, Quincaillerie Saint-Augustin, Mirabel
« Actuellement, mon équipe est à bout de souffle, je dois fermer les dimanches pour leur donner du repos. Ne pas avoir à faire travailler les gens les dimanches nous aiderait à trouver des employés ».

France Forget, RONA Forget, Mont-Tremblant:
« La crise actuelle nous amène à faire des choix : pour le respect des personnes et de la qualité de vie et il faut éviter de diluer l’expertise ».

Manon Primeau, Quincaillerie A. Pouliot, Beauharnois:
« Il le faut pour le bien-être de nos employés. Nous vivons une période d’improvisation durant laquelle nous avons adopté plusieurs mesures pour protéger nos clients et nos employés… le dimanche, on vient travailler mais sans la clientèle, ce qui nous permet de rattraper du temps pour les commandes, par exemple ».

Richard Hamel, Castle, direction du développement des affaires:
« Chez Castle, nous avons tenu des appels conférences en mars et avril avec nos marchands. Un des plus sérieux problèmes que les marchands rencontrent est la disponibilité de la main-d’œuvre, la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et la subvention aux étudiants ont pour effet que nombre d’entre eux préfèrent le 1250 $ par mois au lieu de suer dans les cours à bois ».

Le directeur général de tous les Patrick Morin a appelé personnellement le président et chef de la direction de l’AQMAT plus tôt ce matin pour lui annoncer en primeur que les 21 succursales allaient demeurer fermées ce dimanche. « Alors que les réunions de famille sont de nouveau permises et que notre personnel nous a tant donné depuis le début de la crise, il n’était pas question pour nous d’annoncer à quelques jours d’avis à des employés qu’ils devaient rentrer dimanche, ce n’était juste pas humain », d’exprimer avec émotion Michel St-Jean.

Faisons savoir au gouvernement notre déception

Puisqu’il s’agissait d’une « ConvocAction », néologisme laissant entendre que la discussion déboucherait sur des gestes concrets, les propriétaires-marchands et leurs fournisseurs sont maintenant invités à exprimer, par une pétition, qu’ils auraient préféré que le gouvernement du Québec respecte sa promesse de garder les commerces fermés tous les dimanches de mai.

On clique ici pour compléter la pétition.

Le débat a débordé sur la fermeture en permanence les dimanches

Même si le rendez-vous virtuel devait porter sur la fermeture promise pour les cinq dimanches de mai pendant la pandémie, la plupart des détaillants participants n’ont pu s’empêcher de demander un débat plus large sur la question du magasinage le dimanche.

Voici plusieurs des commentaires des marchands exprimés ce matin :

Mario Durocher, Home Hardware, siège social:
« La raison principale que les gens qui disent vouloir rester ouverts les dimanches avancent est la concurrence avec les grandes surfaces. La COVID provoque un débat réel pour tous ».

Serge Viger,  RONA Vimont, Laval:
« Nous avons aussi pris la décision de fermer les dimanches jusqu’à nouvel ordre. Pour le bien des employés et pour bien servir notre clientèle ».

Guylaine Brochu, plusieurs Home Hardware L’Outilleur, rive-sud de Québec:
« Ouvrir les dimanches est devenu un luxe de plus en plus difficile à s’offrir, car notre personnel est épuisé. En plus du travail de l’AQMAT que je salue, il faut se faire entendre auprès des chambres de commerce et de nos députés ».

Yves Chartier, RONA Lachine, Montréal:
« Je rêve depuis toujours de pouvoir fermer les dimanches : j’ai décidé de fermer les dimanches durant tout l’été et je souhaite que nos démarches nous portent à le faire toute l’année ».

Par hasard, un sondage vient d’être rendu public ce matin, conduit par Internet hier auprès de 400 citoyens adultes par l’Observatoire de la Consommation Responsable (OCR) relevant de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

On note entre autres que :

  • 72 % des répondants avaient déjà pris l’habitude de ne plus aller dans les commerces le dimanche;
  • 60 % ont apprécié que les commerces soient fermés les dimanches;
  • 48 % promettent de ne plus fréquenter les commerces le dimanche, même quand ils seront rouverts.

Le mot de la fin appartient à l’hôte du rendez-vous virtuel, Richard Darveau, président et chef de la direction de l’AQMAT :

« Notre mouvement ne fera pas infléchir la décision du ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, mais on veut qu’il sache, et que la direction du Conseil québécois du commerce de détail sache aussi qu’il est faux de prétendre sur les tribunes publiques que les quincailliers sont contents de rouvrir tout de suite les dimanches ».

« Il devient également clair qu’un débat sociétal devra être tenu afin de positionner l’ouverture des magasins le dimanche comme un enjeu critique pour la survie de notre patrimoine commercial, car plus les heures sont longues, plus sont fragilisées l’embauche et la rétention des talents, l’expertise attendue en magasin pour une bonne expérience client et la relève entrepreneuriale. »

Tel que recommandé, l’AQMAT vous incite fortement à envoyer à votre député le lien vers notre article d’aujourd’hui avec vos propres commentaires. Pour trouver son adresse courriel, consultez ce site: http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/index.html

2 comments on “Réouverture dimanche : les propriétaires de quincailleries font unanimement savoir au gouvernement leur mécontentement

  1. claude lavoie on

    Mon nom est Claude Lavoie, propriétaire de deux quincailleries sous la bannière Home Hardware: Pierrefonds et l’Île Perrot.
    J’ai 67 ans et j’ai vécu la période de l’élargissement des heures d’ouverture voilà approximativement une vingtaine d’année. Je faisais parti du groupe Rona et je me souviens que l’ensemble des marchands indépendants que se soit RONA, BMR, SODISCO etc. étaient contre l’idée de l’élargissement des heures. d’ouverture.

    En ce temps, les heures de fermeture pour les quincailleries et centres de rénovation étaient : lundi au mercredi 18:00, jeudi et vendredi 21:00 et samedi 17:00, le dimanche fermé. La pression pour l’élargissement venait des grands magasins multinationales. Depuis ce changement, la qualité de vie en famille s’est détérioré tragiquement.

    Avec la nouvelle génération qui cherche un meilleur équilibre professionnel-famille, il devient très difficile de motiver une relève.

    Je trouve qu’il y a une contradiction dans le message du gouvernement. On déclare vouloir encourager le commerce local , on a fait le panier bleu pour les aider , etc. Toutes des actions louables, par contre, on les a maintenu en fermeture pendant des mois alors qu’on en faisait profiter les grandes multinationales.

    Pour toutes ces raisons, il devrait y avoir un débat sur les heures d’ouverture au Québec.

    Merci,

    Claude Lavoie

    Répondre
    • Isabelle Champagne on

      Merci monsieur Lavoie de nous raconter une partie de l’histoire des heures d’ouvertures des commerces et votre opinion sur le sujet.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *