Offensive contre le bois de pays dirigés par des tyrans

Ce n’est pas seulement un titre d’article, mais aussi le nom d’un projet de loi à l’étude aux États-Unis qui vise à interdire l’importation de bois d’œuvre de pays dirigés par des tyrans, nommément la Russie et sa complice, la Biélorussie. L’initiative survient au moment où notre continent pourrait manquer de bois domestique pour faire face à la demande du marché.

La National Association of Home Builders (NAHB) a déclaré qu’elle appuie fermement la “ No Timber from Tyrants Act ” du représentant Bruce Westerman (R-Ark.), d’autant que la proposition non seulement frapperait le bois russe d’un interdit sur le territoire américain, mais en plus, inclut une augmentation de la récolte responsable du bois d’œuvre américain sur les terres fédérales.

« Le “No Timber from Tyrants Act” est un impératif moral et économique qui doit être mis en œuvre immédiatement », a déclaré le président de la NAHB, Jerry Konter.

En fait, plus de 35 organisations ont donné leur appui à la motion, dont l’influente Federal Forest Resource Coalition.

En 2021, les États-Unis ont importé pour plus d’un demi-milliard de dollars de produits du bois de la Russie (459 millions de dollars) et du Bélarus (52 millions de dollars). La Russie est le quatrième exportateur mondial de bois, et les exportations de bois représentent une industrie de 12 milliards de dollars pour le président Vladimir Poutine.

Depuis l’invasion, les systèmes mondiaux de certification des forêts ont commencé à classer les produits du bois de la Russie et du Bélarus comme du « bois de conflit ». Alors que les dirigeants américains cherchent des moyens de couper le financement de la guerre de Poutine, les produits du bois sont un moyen évident d’isoler davantage la Russie sur le plan économique tout en soutenant les entreprises américaines.

Jerry Konter, président, NAHB

« L’interdiction des importations de produits du bois russes et biélorusses contribuera à isoler davantage la Russie sur le plan économique et à priver le président Poutine d’une autre source de financement pour son agression contre l’Ukraine non provoquée par cette dernière. »

L’AQMAT apprécie que le projet de loi exige également une augmentation responsable de la production intérieure de bois d’œuvre provenant des terres fédérales afin de tenir compte de la résilience des forêts nationales aux États-Unis, ce qui aurait pour effet de créer des emplois, de revigorer l’industrie forestière et d’améliorer l’abordabilité du logement.

« Le temps presse et le Congrès doit agir rapidement sur ce projet de loi », a déclaré le président de la NHBA.

Il faut dire que l’élu américain n’y va pas de main morte dans son attaque. Voici deux extraits (en anglais) de sa présentation en chambre, le 7 avril dernier :

« America should be pushing back on Putin’s war of aggression from every possible angle, and there’s no better way to do that than by cutting Russia’s economy off at the knees. We imported hundreds of millions of dollars’ worth of wood products from Russia last year alone, giving Russia the power to channel those funds directly into Putin’s war. No more. By immediately banning the import of all Russian timber, we can not only deal a harsh blow to tyranny, but we can also simultaneously boost American industries. Enough rhetoric—it’s time to show Putin we mean business and stop economically propping up his senseless violence. I’m proud to see so many of my colleagues joining me in this effort, and hope to see this bill passed quickly. »

« As long as Putin’s unhinged, evil genocide in Ukraine continues, we’ll use every tool at our disposal to isolate and weaken his regime and its financing. The No Timber From Tyrants Act is a just response to this dictatorial aggression and will simultaneously stimulate the American forestry industry and promote forest health. »

House Committee on Agriculture Ranking Member GT Thompson (R-Pa.)

Bruce Westerman, représentant de l’Arkansas, Chambre des représentants des États-Unis

Selon les apôtres du projet de loi, plus de récolte de bois aux États-Unis pourrait proactivement permettre plus d’exportations des États-Unis pour soutenir ses alliés, réduire la dangereuse dépendance du monde à l’égard de la Russie et rendre les terres américaines plus résilientes aux feux de forêt catastrophiques.

Mentionnons que le projet s’inspire de l’American Energy Independence from Russia Act, législation pensée dans le but d’étendre la position énergétique de Washington sur la scène mondiale et lutter contre la place qu’occupe Poutine et ses acolytes.

Cliquer ici pour prendre connaissance in extensio du projet de loi.

Par ailleurs, la NAHB continue de réclamer un nouvel accord sur le bois d’œuvre résineux avec le Canada qui pourrait réduire les coûts des matériaux et du logement tout en atténuant les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement.

Ce que les débats ne disent pas, c’est si le qualificatif de “tyran” aurait aussi pu être accolé au président Trump. En tout cas, voici ce qu’en dit le dictionnaire : “Personne qui, ayant le pouvoir suprême, l’exerce de manière absolue, oppressive.” Mais cela est un autre sujet…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.