Mises en chantier depuis un an : Montréal fait mieux que les moyennes canadienne et québécoise

Selon les données publiées aujourd’hui par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) sur les mises en chantier dans les communautés de plus de 10 000 habitants au Canada, la RMR de Montréal a fait mieux que la moyenne du Canada et du Québec pour juin 2019 par rapport à juin 2018.

Par contre, les autres RMR du Québec, sauf celle de Québec, ont connu des baisses importantes.

« La tendance nationale des mises en chantier d’habitations a augmenté en juin, principalement parce que la tendance a été à la hausse du côté des maisons en rangée et des appartements en milieu urbain, a déclaré Bob Dugan, économiste en chef à la SCHL. La forte augmentation du nombre désaisonnalisé et annualisé de mises en chantier d’appartements en avril a également contribué à la tendance élevée des mises en chantier d’habitations en juin. »

Sherbrooke : faible en juin, mais fort au premier semestre
Depuis le début de l’année, l’activité de construction résidentielle a été particulièrement forte dans la RMR de Sherbrooke. En effet, 984 logements ont été mis en chantier au premier semestre de 2019 dans la région, soit un record depuis plus de trente ans.

La hausse de l’activité provient surtout du segment locatif, avec le démarrage de projets de logements locatifs traditionnels et de résidences pour aînés. Dans l’ensemble, la construction résidentielle dans la région continue d’être soutenue par la hausse de l’emploi à temps plein, la migration et le vieillissement de la population.

RMR de Québec :

De janvier à juin 2019, les fondations ont été coulées pour près de 2 600 unités d’habitation dans la grande région de Québec, un bilan similaire à celui obtenu lors de la même période en 2018.

Encore cette année, l’activité est soutenue principalement par la construction de logements locatifs, lesquels représentent environ les deux tiers des habitations mises en chantier. Ce segment de marché est stimulé par plusieurs facteurs, dont la demande accrue d’appartements en raison du vieillissement de la population.

Mise en garde de la SCHL

Dans certaines situations, il pourrait être trompeur d’analyser seulement les données désaisonnalisées annualisées, car les mises en chantier d’habitations sont alimentées surtout par le segment des logements collectifs, où l’activité peut varier beaucoup d’un mois à l’autre.

On peut consulter plus de données en français et en anglais sur le site Web et le Portail de l’information sur le marché de l’habitation de la SCHL.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *