Le blogue de Richard


Noël, prise 2

La direction des magasins Home Hardware a eu raison de rappeler l’AQMAT à l’ordre à la suite d’un récent article témoignant que les quincailleries et les centres de rénovation connaissaient en général un mauvais mois de décembre par rapport à l’ensemble du commerce de détail. Notre article intitulé « Les quincailleries, encore parents pauvres à Noël » dénonçait que trop peu de nos magasins se montrent créatifs quand arrivent les Fêtes.

La variable mix de produits avait été oblitérée de notre article. Plusieurs Home Hardware et c’est aussi vrai pour d’autres magasins de quartier affichent un mois de décembre tout à fait honorable. Jamais la cohue comme dans les boutiques d’électronique, de jeux ou dans les librairies, mais parfois, les ventes se classent dans les trois meilleurs mois de l’année.
 

Crédit : Rachel Levy

La réponse se trouve un peu dans la déco de la quincaillerie et une certaine ambiance créée pour Noël, mais surtout dans le fait que ces marchands ont choisi de tenir des produits que les consommateurs ont le goût d’offrir en cadeau.

 
Décembre pourrait être wow sur le plan des ventes en quincaillerie et servir la fidélisation qu’on recherche de la part des consommateurs en équilibrant un inventaire de cadeaux potentiels et un esprit festif.
 
Le meilleur exemple que j’ai trouvé est loin d’ici. Dans la ville de Boulder au Colorado, où, comme le titrait le site inc.com, cette quincaillerie accomplit ce que Amazon ne peut pas faire : un vrai Père Noël, un décor de rêve et un joueur de harpe dans les allées.
 

L’idée poursuivie chez McGuckin Hardware  consiste à se donner des airs de Disneyland. Ou de pub irlandais. En fait, de créer un décor fantaisiste selon l’humeur du propriétaire de 62 ans et celle qu’il devine chez sa clientèle.

 

Crédit : Rachel Levy

Tout a commencé fin octobre. Dix des employés du magasin de 5000 pi ca ont remisé barbecue, ventilateurs et tondeuses pour faire place à des casse-noisettes allemands et géants, des poupées russes et un set-up de la Nativité. Le personnel revêt des tenues de lutins.

Pour cet affilié à ACE, le chemin est tout tracé pour compétitionner Amazon : aller vers le réel pendant que l’autre se campe dans le virtuel.

La famille High qui possède McGuckin va jusqu’à encourager les artisans locaux en créant des ateliers de fabrication de “snow globes”, vous savez, ce genre de décorations kitch, mais toujours populaires, où des éléments bougent quand on leur tourne la tête à l’envers. Des échantillons de nourriture festive et locale sont offerts aux clients. Et une foule d’autres animations permettant de positionner un simple magasin de clous et de gypses en une destination divertissante, pertinente, unique, intégrée à sa communauté.

Crédit : Rachel Levy

Lecteurs et lectrices, n’hésitez pas à me faire parvenir des photos et des histoires de votre créativité en ce début des Fêtes, et nous en parlerons avec plaisir !

Que ces Fêtes soient non seulement réjouissantes, mais aussi sources de revenus ponctuels tout à fait les bienvenus !

 


Mise à jour économique… ou politique?

L’AQMAT a passé au tamis les mesures annoncées hier par le ministre des Finances du Québec comme mes ancêtres abitibiens et orpailleurs cherchaient des trésors. Et comme eux, j’ai trouvé peu ou pas de trésors.

Si on résume ce qui nous touche, nous, dans l’ordre, gens du commerce, de la fabrication et de l’habitation, qu’est-ce que je trouve dans mon chapeau chinois renversé?

La diminution du poids fiscal sur les épaules des citoyens peut certainement avoir ses avantages quand on les considère comme des consommateurs. Ce qu’ils sont aussi.

La baisse d’un point du premier échelon d’imposition – lequel passe à 15 % pour la première fois depuis trente ans – représente une décision aux impacts positifs à la fois économiques et démocratiques.

Je suis de l’école qui croit encore que l’impôt sur le revenu est plus équitable que les taxes sur la consommation. Une famille nombreuse, mais pauvre, achètera plus de produits qu’un individu riche et sans enfants. De ce fait, en volume, elle paiera plus de taxes, même si celles-ci étaient moins chères, car elles seraient moins chères pour tous. En revanche, cette même famille verra son revenu disponible grimper si on lui fait bénéficier d’un impôt moins élevé. Chapeau, monsieur Leitao!

Deuxièmement, l’amorce d’une offensive sérieuse pour lutter contre la pauvreté doit être saluée. Plus de citoyens pouvant sortir la tête de l’eau et passer en mode vie plutôt que survie, mieux se porteront, par à-coup, nos commerces.

Dans la même veine, il est à souhaiter que le gouvernement fédéral adopte tel qu’attendue une stratégie nationale sur le logement l’engageant financièrement afin que soient érigés les dizaines de milliers d’appartements sociaux que nécessitent les plus démunis.

Le dessert de la mise à jour gouvernementale concerne l’accès à Internet, et en particulier à la haute vitesse.

Plusieurs de nos entreprises membres souffrent de connexions trop lentes. Pire, la dernière enquête de l’Institut de la statistique du Québec nous révèle que 11,8 % des ménages ne bénéficient pas encore d’un branchement à Internet! *

L’ajout de 367 millions au programme existant devrait permettre à plus de 90 % des Québécois d’avoir accès à Internet très haute vitesse d’ici cinq ans. Suis-je seul à être dérangé par toute cible inférieure à 100 % en cette ère où vivre sans Internet s’apparente presque à être privé de parler, d’entendre et d’écrire?

Tant qu’à présenter une mise à jour économique à saveur politique, je serais d’avis de conseiller au ministre d’élever ses ambitions dans la préparation de son prochain budget…

 

* Référence



La renégociation du chapitre 19 de l’ALENA et son impact sur notre industrie

Plus ou moins officiellement aujourd’hui démarre la renégociation forcée de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). L’un des chapitres que veut annuler notre puissant voisin est le numéro 19 portant sur les mécanismes pouvant régler des divergences entre deux ou trois des parties signataires. Or, deux secteurs de notre industrie, le bois d’œuvre et le gypse, sont interprétés de manière différente de part et d’autre de la frontière canado-américaine. (suite…)


Le défi de la juste charge

C’est l’été. Les vacances. De retour d’un hiking dans les montagnes corses au moment où la Banque du Canada engendre une remontée en chaîne des coûts d’emprunt.  (suite…)



RONA, les raccourcis journalistiques et les modèles mentaux

L’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction (AQMAT) a rendu publics, cette semaine, les résultats d’une importante enquête confirmant que le mouvement de consolidation qui sévit dans notre industrie entraîne un lot d’effets secondaires sur les usines québécoises.
(suite…)



Hommes et femmes de l’industrie : levez-vous !

Le 11 avril qui vient, deux postes sont à combler afin de constituer un conseil d’administration complet, non seulement conforme aux règlements de notre organisme, mais surtout reflétant le dynamisme et la diversité des dirigeants leaders de notre industrie. (suite…)


Risquer de réussir!

Approche déjà le Congrès des Décideurs. Huitième édition. Que l’AQMAT organise avec, en récompense, la même joie anticipée de contribuer concrètement à l’amélioration des affaires que brassent nos entreprises membres.

Le thème de la cuvée du 11-12 avril – Risquer de réussir! – suggère que pour avoir du succès, il faut oser. Il sous-tend aussi que trop risquer peut mener à l’échec.

Notre congrès 2017 s’attaque donc à la notion du risque comme vecteur de croissance. Et générateur de son contraire, voire de faillite, s’il est mal géré.

Une brochette d’une vingtaine d’intervenants, experts et passionnés, passionnés et experts, donne rendez-vous à certains dirigeants de quincailleries, de manufactures et de bannières. Je dis que le rendez-vous est donné seulement à certains d’entre vous pour deux raisons. D’abord, les places sont limitées à 150 personnes. Puis un prérequis est officieusement placé comme barrière à l’entrée, celui consistant à vouloir s’engager résolument à maîtriser l’Internet, l’expansion de marchés, le combat contre le vol et la fraude, la mobilisation du personnel, la relève d’entreprise, etc.

Les meilleures pratiques seront à l’honneur, les pièges à éviter aussi.

Nous proposons pour la première fois des programmes parallèles.

Quatre ateliers exclusifs pour les marchands :

  1. Diagnostic sur l’état de santé des quincailleries et centres de rénovation du Québec : dévoilement commenté de l’étude comparative des performances financières et des politiques administratives de plus de 125 quincailleries et centres de rénovation du Québec.
  1. Réussir sa transition vers le commerce électronique dans la vente au détail : les participants avec les meilleures pratiques en commerce électronique. Ils seront amenés à réfléchir à la feuille de route de leur commerce, notamment au niveau de leur stratégie en ligne et de la sélection d’une plateforme de commerce électronique. Ils pourront s’inspirer de cas d’entreprises ayant réussi leur transition.
  1. Le vol et la fraude ne sont pas des fatalités : le vol d’une seule perceuse de 100 $ oblige le magasin à vendre pour 1000 $ de marchandise juste pour couvrir la perte si le profit prévu était de 10 %. Quand on réalise le véritable impact des vols et des fraudes, on agit.
  1. Les clés d’un transfert d’entreprise réussi : la question de la relève à la propriété de l’entreprise et par extension à l’accession d’individus à des postes-clés requiert du planning de la part des dirigeants, de l’allocation de ressources et des décisions difficiles, mais nécessaires à prendre.

Quatre ateliers exclusifs pour les fournisseurs :

  1. Les impacts positifs et négatifs de la consolidation de la clientèle : les vagues de consolidation que connaît le marché ouvrent l’horizon et en ferment d’autres. Dévoilement d’une enquête exclusive auprès des 50 manufacturiers et distributeurs en quincaillerie et matériaux sur leur situation actuelle, leurs craintes, leurs aspirations.
  1. Mieux vendre aux chaînes de détail : la conclusion d’une entente avec un groupement d’achats ne relève pas du hasard. Les participants apprendront à cibler des bannières potentielles pour leurs gammes de produits, à se préparer adéquatement en comprenant les besoins de leur client en matière de logistique, de marketing et de rentabilité, et ultimement, à bien négocier.
  1. Tirer avantage des opportunités du commerce électronique B2B : les distributeurs et manufacturiers apprendront à tirer profit du commerce électronique tant dans leurs relations avec leurs clients d’affaires que dans leur approche du consommateur final. Les meilleures pratiques en commerce électronique B2B seront abordées et des cas de succès seront présentés.
  1. Le camionnage en révolution logistique et technologique : Uber, Amazon, le iCloud sont en train de transformer la manière d’expédier et de recevoir les biens pour la clientèle et de gérer la relation avec elle.

 

Et quatre autres activités pour tous :

  1. Conférence « Comment risquer que votre entreprise et vos employés connaissent le succès que vous espérez ? » par Olivier Schmouker, chroniqueur pour le journal Les Affaires, conférencier et auteur du best-seller « 11 choses que Mark Zuckerberg fait autrement », rappellera que les ventes en ligne frappent de plein fouet les quincailleries, la nouvelle génération d’employés ne semble jamais donner son 110 %, la clientèle, hier si fidèle, s’en va regarder ailleurs aujourd’hui. Conséquence : la tentation est grande de baisser les bras, de tout laisser tomber. Pourtant, le moment n’a jamais été aussi bon pour tirer son épingle du jeu! Car c’est lorsque des disruptions surviennent – ces grands bouleversements qui changent la donne dans un secteur d’activités –que les plus malins, ceux qui s’y adaptent vite et bien en tirent d’immenses profits. Loin de l’apocalypse, les bouleversements d’aujourd’hui peuvent représenter pour une entreprise l’aube d’un nouveau monde dont profiteront les plus connectés au temps présent. Certains, des pionniers, ont commencé à les emprunter. Et ça donne des résultats. 
  1. Investir dans l’humain, le risque obligé : mobilisation du personnel et prévention des accidents et de l’absentéisme vont de pair.
  1. L’expérience (et la non-expérience) client : votre tremplin (ou votre fin) : dévoilement commenté des résultats d’une série de 40 visites de 40 clients incognito effectuées en mars pour évaluer la relation client/employé vécue dans des quincailleries et centres de rénovation de bannières, régions et tailles différentes.
  1. Le mot de conclusion de ces deux journées qui s’annoncent dynamisantes et éclairantes appartiendra à Christian Watier sur l’adaptation obligée des commerces de détail et de leurs fournisseurs. MBA, Ph. D., postdoctorat en psychologie expérimentale et auteur de plusieurs publications scientifiques, il est associé chez Lanla, chef de file en expérience client.

 

La direction de l’AQMAT n’est pas peu fière du programme proposé à ses membres aux assises 2017. Elle vous y attend le pied ferme et la tête ouverte.